La douleur de dos au quotidien: masseur-kiné: lyon

Diminuer les Douleurs de votre Dos

STOP AU MAL DE DOS

Objectif:

Un examen complexe de patients atteints du syndrome de douleur myofasciale chronique (MPS).

Matériel et méthodes:

Cette étude a inclus 136 patients atteints de MPS (66 hommes et 70 femmes). La douleur a été évaluée à l'aide d'une échelle visuelle analogique (EVA). Etude des profils d'anticorps naturels (nAbs) dirigés contre des peptides opioïdes spécifiques (β-endorphine et orphanine), des amines biogènes (dopamine et sérotonine), électromyographie de surface (SEMG) de m. errector spinae au niveau L3-L4 bilatéralement ont été réalisées. Les mesures ont été effectuées aux 1er, 10e et 21e jours de traitement.

Résultats:

Il y avait une diminution significative de l'intensité de la douleur (de 71% chez les hommes et de 63% chez les femmes) accompagnée d'une diminution de la tension musculaire de 10 à 25% des valeurs de groupe des amplitudes SEMG, et de 34 à 38% évaluées par individu dynamique des amplitudes SEMG. Tous les niveaux de nAbs étaient élevés ou élevés le premier jour. La dynamique des niveaux de nAbs était multidirectionnelle. Au 21e jour, il y avait une augmentation de l'incidence des patients avec des niveaux élevés de nAbs aux peptides opioïdes (39-41% de femmes et 33-39% d'hommes) et des patients avec des niveaux normaux de nAbs à la sérotonine (59% d'hommes et 52% de femmes ), tandis que les niveaux de nAbs par rapport à la dopamine ont baissé à des niveaux normaux chez les femmes (56%) et sont restés élevés (50%) ou très élevés (17%) chez les hommes.

Conclusion:

La dynamique des indicateurs immunitaires est en corrélation avec l'intensité de la douleur qui reflète peut-être les changements pathologiques des interactions neuronales / humorales dans la douleur chronique. À cet égard, la surveillance des niveaux de nAbs est pertinente sur le plan pronostique pour l'évaluation du risque de chronification de la douleur.

But de l'étude:

Examen complet des patients atteints du syndrome réflexe chronique (SRC).

Matériel et méthodes:

136 patients (70 femmes et 66 hommes) atteints du syndrome réflexe chronique ont été examinés. Les patients ont été évalués l'intensité de la douleur selon VAS, détermination de la teneur en anticorps naturels (e-Ab) aux peptides opioïdes (β-endorphine et orphanine), amines biogènes (dopamine et sérotonine), étude d'électromyographie de surface (SEMG) m. errector spinae au niveau L3-L4 des deux côtés. Les indicateurs ont été mesurés au début (1er jour), au milieu (10ème jour) et à la fin du traitement (21ème jour).

Résultats:

Il a été constaté qu'une diminution significative de l'intensité de la douleur (de 63% chez la femme et de 71% chez l'homme) était accompagnée d'une diminution de la tension musculaire de 10 à 25% selon les valeurs de groupe des amplitudes PEMG et de 34 à 38% selon l'évaluation de la dynamique individuelle des amplitudes PEMG. Dans le même temps, les niveaux d'e-Abs pour tous les régulateurs de la douleur endogènes étaient initialement majoritairement augmentés et élevés. La dynamique des niveaux d'e-Am était multidirectionnelle. À la fin du traitement (au jour 21), une augmentation de l'incidence des taux élevés d'e-Ab aux peptides opioïdes (chez 39 à 41% des femmes et de 33 à 39% des hommes) et des taux normaux d'e-Ab à la sérotonine (chez 52% des femmes et chez 59% des hommes). Dans le même temps, la teneur en e-Abs en dopamine chez les femmes au 21e jour a été enregistrée principalement à un niveau normal (dans 56%), et chez les hommes – à un niveau augmenté (dans 50%) et élevé (dans 17%).

Conclusion:

La dynamique des dosages immunologiques n'est pas corrélée à l'intensité de la douleur et reflète apparemment des changements pathologiques dans les interactions neurohumorales dans la douleur chronique. À cet égard, la surveillance du profil individuel des e-Abs aux régulateurs endogènes de la douleur du patient aura une valeur pronostique pour évaluer le processus ultérieur de chronicité de l'état de douleur.

Mots clés:

les amines biogènes; lombalgie myofasciale; anticorps naturels; les opioïdes; biorégulateurs de la douleur; électromyographie de surface (SEMG).

Laisser un commentaire