lombalgie: physiothérapeute: Toulouse

Diminuer les Douleurs de votre Dos

STOP AU MAL DE DOS

Les patients lombalgiques se voient parfois proposer une chirurgie de fusion si la traduction intervertébrale, mesurée à partir de radiographies statiques de fin de gamme, dépasse 3 mm. Cependant, il est essentiel de connaître l'erreur de mesure de ces méthodes, si la sélection pour la chirurgie du dos va être éclairée par elles. Cinquante-cinq hommes (34) et femmes (21) sans douleur en bonne santé âgés de 21 à 80 ans ont reçu une imagerie fluoroscopique quantitative (QF) à la fois activement en position debout et passivement en décubitus latéral. Les cinq protocoles d'imagerie suivants ont été extraits de 2 examens de mouvement, qui ont été répétés à 6 semaines d'intervalle: 1. Statique pendant la flexion libre verticale. 2. Maximum pendant la flexion verticale contrôlée, 3. À la fin de la flexion verticale contrôlée, 4. Maximum pendant la flexion allongée contrôlée, 5. À la fin de la flexion allongée contrôlée. Les traductions de flexion intervertébrale de L2-S1 ont été déterminées pour chaque protocole et leurs erreurs de mesure (répétabilité intra-sujet) calculées. Les estimations utilisant des images radiographiques statiques à flexion libre ont donné des erreurs de mesure allant jusqu'à 4 mm, ce qui était environ deux fois celui des protocoles QF. Des gammes significativement plus élevées à L4-5 et L5-S1 ont été obtenues à partir du protocole statique par rapport aux protocoles QF. Les fourchettes de poids à ces niveaux étaient également significativement plus élevées chez les hommes quel que soit le protocole. Les décisions cliniques basées sur des traductions sagittales inférieures à 4 mm nécessiteraient donc une imagerie QF.

Laisser un commentaire